Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 mai 2013 4 16 /05 /mai /2013 15:06

Pleurer sans savoir pourquoi.

Pleurer pour toutes ces fois,

Où on n'a jamais lâché

Par pure peur de la lâcheté.

 

Pleurer pour enfin se vider

De ses émotions refoulées.

Pleurer pour se sentir vivre,

Ou devrais-je dire, revivre.

 

Pleurer, c'est aussi accepter

Que l'on a tous des fragilités,

Qui peuvent être une force

Une fois retirée leur écorce.

 

Pleurer, c'est être vivant

Et être riche de sentiments.

Il ne faut pas fuir ses larmes,

Afin qu'elles deviennent armes.

 

L'arbre de la vie, ses racines,

Nous rappellent à nos origines.

Il porte le poids du passé,

Pour mieux, dans le ciel, s'élever.

 

Aussi, quand tu te mets à pleurer,

Laisse-toi vraiment aller et porter.

Non non, ne retiens pas cette pluie

Qui t'innonde, même si elle t'ennuie.

 

Laisse-la ruisseler à son gré.

Laisse-la sortir de son lit.

Apprivoise-là, mais ne lutte pas.

Car, de cela, tu en grandiras.

 

 

Repost 0
Published by tinotinoblog - dans Poèmes
commenter cet article
4 septembre 2012 2 04 /09 /septembre /2012 13:43

Dis-moi, petite fille, d'où viennent ces larmes,

Qui coulent sur tes joues, et nous désarment ?

Quel triste événement est venu ainsi te frapper,

Pour que ton innocence, ait été ainsi brisée?

 

Grelottant sur ton lit dans le noir, l'air hagard,

Tu te demandes quand arrivera ce salopard,

Que pourtant tu aimes tant car c'est ton frère,

Ce frère, avec qui tu es unie par les chairs.

 

Tu ne dis rien car tu sais qu'il va venir.

Tu ne sais pas si un jour cela va finir.

A tes parents, tu préfères ne rien montrer.

A tes copines, tu préfères le cacher.

 

Au départ, tu ne comprenais pas.

Tu pensais qu'il s'agissait d'une sorte de jeu,

Auquel tu participais sans désaveu.

Puis, un jour, tu compris et en fus las.


Tu sus que ce qu'il faisait n'était pas bien.

Tu savais bien que ceci n'était pas ancien.

Mais, tu t'emmurais inexorablement dans le silence

Afin de ne pas rompre cette relation de confiance.

 

Ta confiance, tu la lui as donnée pleinement.

Ton amour, tu le lui avais offert il y a longtemps.

Il le savait, il en jouait, comme il jouait avec toi.

Il avait 13 ans, et toi 7 ans.... d'effroi...

 

Un jour, tes parents découvrirent les faits.

Effondrés, anéantis, ils furent stupéfaits.

Comment pouvaient-ils n'avoir rien vu ?

Sous leur toit,de rien, ils ne s'étaient aperçus.

 

Mais en fait, point tu ne leur en voulais.

Car tu ne désirais, personne blesser, 

Pas même ce frère, que tu chérissais

Malgré son comportement malintentionné.

 

La procédure judiciaire passa par là.

De ton bourreau, tu te trouvas séparée,

Quand, les yeux larmoyants, tu demandas :

"Quand pourrais-je revoir mon frère adoré ?"

 

 

NB : Poème inspiré d'une affaire dont j'ai eu à connaître lorsque j'étais gendarme.

Repost 0
Published by tinotinoblog - dans Poèmes
commenter cet article
8 mai 2012 2 08 /05 /mai /2012 17:46

Ô toi ma muse, de moi, tu t'amuses.

De volte en soubresauts, tu fais battre

Mon coeur... Oui, je sais, tu en abuses

Jusqu'à ce qu'il devienne écarlate.

 

Sans Dieu, ni maître, pourtant il te suit

Las, échaudé, par le temps qui passe.

De cendres, il n'en restera que de la suie

Que d'un seul coup de main j'efface.

 

Par monts et par vaux, par delà les océans,

J'irai où le soleil m'éclairera.

D'un léger halo de lumière naissant, 

Poindra la renaissance de ton aura.

 

Mais ceci est une toute autre histoire

Parsemée d'ombres, de lumière et d'espoirs,

Qui s'écrit mot après mot, page par page,

Le tout agrémenté de jolies images.

 

Dans mes songes, tu me joues de ces accords

Dont seul toi, appréhendes la portée.

Tu dessines tes notes avec dextérité,

Malgré tous tes instruments retors.

 

Mais quelle est notre destination ?

Je ne le sais pas, tu ne le sais pas.

Sas nul doute, l'avenir nous le dira,

Mais laissons voguer notre embarcation.


Repost 0
Published by tinotinoblog - dans Poèmes
commenter cet article
11 mars 2012 7 11 /03 /mars /2012 20:10

Nous sommes enchaînés dans nos vies.

Et malgré tous nos pleurs et nos cris,

Il est ardu de briser les chaînes,

Celles, qui toujours nous retiennent

 

Est-ce que son destin est écrit

A la manière d'une poésie?

Romans d'amour ou d'aventure

Tout n'est que question d'écriture

 

Ma liberté, je veux y veiller

Bien plus que l'un de ces trésors cachés

Que dans notre enfance, nous chérissons

Parfois même jusqu'à la déraison.

 

Elle est un bien des plus précieux

d'une valeur inestimable à mes yeux !

Et tout comme pour l'oiseau en cage,

Elle n'est pas forcément qu'un mirage.

 

Cultiver son sens de l'esprit

Est avant tout un sacré défi

Qu'il nous faut sans cesse relever

Afin de ne pas se laisser enfermer.

 

Ainsi préserve t'on son intégrité

en préservant son originalité.

Libre pensée, tu dois t'exercer,

Libre pensée, tu dois rester.

 

Laisse le vent te porter au loin

Entre les nuages, la maligne tu fais moins.

Mais tu sauras trouver le chemin

Dans ton périple qui n'a pas de fin.


Repost 0
Published by tinotinoblog - dans Poèmes
commenter cet article
29 février 2012 3 29 /02 /février /2012 20:13

La nature est d'une beauté sans pareille,

S'exposant dans son plus simple appareil.

Sans avoir besoin d'artifice,

Elle se délivre sous ses meilleurs offices.

 

C'est toujours un spectacle.

De nos rêves, elle en est le réceptacle.

Humant ses parfums satinés,

Nous nous y laissons emmener.

 

Quelle douce sensation !

Forçant ainsi notre imagination

A découvrir des sensations

Toutes plus emplies d'émotion.

 

Face à toute cette technologie,

Qui envahit inexorablement nos vies,

Elle nous ramène à l'essentiel

A ce qui est existentiel...

 

L'air, l'eau, le feu, la terre, le vent,

En sont ses cinq éléments constants.

Leur pinceau, manoeuvré avec dextérité,

Se joue de tout principe arrêté,

 

Nous offrant des délices oculaires

Telles des oeuvres aux plaisirs séculaires,

Que nous ne pouvons cesser de mirer

De l'aube au crépuscule de notre vie.

 

Ô toi Dame Nature, ô ma déesse

Sous tes grands airs de noblesse

Se cache toute ton humilité

Face aux affres de l'humanité..

 

Tu fais montre parfois de tes tourments

Avec violence et force... Désarmant !

Pour nous, petits êtres minuscules

Perdus au milieu de cette vaste péninsule.

 

Source de vie et d'infini,

Ou, quand sonne l'hallali,

Source de larmes et de désespoir

Ainsi est écrite ton histoire...

Repost 0
Published by tinotinoblog - dans Poèmes
commenter cet article
23 février 2012 4 23 /02 /février /2012 23:42

A toi, qui n'étais jamais là
Pour me serrer dans tes bras
A toi, si proche mais si lointain
De tous mes tourments quotidiens

A toi, que j'ai pu tant haïr
A en vouloir te détruire
A toi, qui m'as fait tant souffrir
Au point de vouloir en mourir

Quand, l'amour et la haine, mêlées
Bouleversent toutes mes pensées...
Entends-tu les hurlements de mon coeur ?
Car oui, à présent celui-ci pleure.

Vagues de larmes, torrent de pleurs,
Mais pourquoi donc arrive ce malheur ?
Notre existence nous a éloignés
Puis rapprochés et..... séparés...

La vie a son lot d'injustice
Que même les meilleurs auspices
Ne sont pas à même de prévoir,
Nous laissant ainsi dans le noir.

Pourtant, il n'y a point de regret
Peut-être un peu d'amertume
Qui, par moment m'embrume
Mais, ce qui devait, a été fait.

Non, ne cultivons pas les regrets
Mais plutôt, semons des projets
Afin d'embellir ce beau jardin
Que représente notre destin

Car passer de vie à trépas
Tous, nous y passerons, par là
Ce n'est qu'une question de temps
Avant d'nous rejoindre au firmament.

Repost 0
Published by tinotinoblog - dans Poèmes
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Tinotino
  • Le blog de Tinotino
  • : Comment décrire ce qui est indescriptible ? Allez vous promener au gré de ma plume, en espérant que celle-ci réussisse à vous emmener avec elle !
  • Contact

Recherche

Archives